Pourquoi j'ai adopté la charnière - 2013

J'ai adopté la charnière comme un outil expressif, comme un symbole ou une métaphore de la vie quotidienne. La fermeture éclair s'ouvre et se ferme comme un zip, une course démarre et revient au point d'arrivée. Cela commence et se termine, comme le dialogue, l'espoir, l'amour et la vie. Non seulement il s'ouvre et révèle et cache, serre ou écrase. La révélation favorise la simulation de la clôture de la vérité, du déni, de la trahison de la sincérité. La charnière, pour le meilleur ou pour le pire, fait partie de la vie quotidienne, nous tous, les pages, les plus simples ou les plus tordues de notre existence. La charnière tient nos relations personnelles et nos entretiens avec consolidation, solidarité et amitié, confiance et avenir. Mais en même temps, et au contraire, elle cache la réalité, rejette l'entretien, élève une frontière, une barrière maintient les lieux niés et éloigne la perspective, s'ouvre comme un horizon d'images et se ferme comme un écrin de silence, comme une pierre tombale. passé. Il peut se traduire par l'absolu d'une idée, en mémoire, imagination, conscience et intériorité. On peut aussi penser que le zip est un portrait social et moral de l'individu et de son âme. chose simple mais ce sont mille pages de lecture et en cela je trouve ça fascinant.